Ouverture à la Pointe de la Fouly 3611m

Vivian Bruchez et Cédric Pugin sont 2 skieurs d’exceptions, mais aussi de sacrés montagnards, de retour de Norvège, nous décidons de faire une petite sortie en altitude dans le massif du Mt Blanc, Vivian est une peu le local de l’étape, tel un cristallier il connaît tous les couloirs et nous proposes de l’accompagner sur une première dans son jardin d’Argentiére..
Nous démarrons du Parking de Lognan, n’étant plus très fréquenté en raison de la fermeture des Grands-Montets, nous allons être rapidement surpris par l’affluence au refuge d’Argentiére.
Les sacs sont lourds car nous emmenons réchauds, nourritures pour 3 jours…le refuge d’Argentière étant fermé.
Après 4h30 de marche nous arrivons finalement au refuge qui est plus que complet ! Le massif est victime de la surfrèquentation, nous savons déjà que la nuit au refuge ne va pas être de tout repos, nous essayons de dormir à même le sol, ce n’est pas confortable malgré la barquette de secours que nous transformons en lit…
Finalement après une nuit horriblement courte, nous quittons le refuge en direction du MT Dolent, notre objectif du jour est la Pointe de la Fouly 36 11m, Vivian a repéré une ligne haute de 700m, nous espérons y trouver de la neige printemps bien transformée.
Après une approche matinale assez relaxante, nous attaquons le vif du sujet dans un couloir raide et étroit qui se transforme peu à peu en goulotte mixte…. c’est un peu le passage clefs.
Nous tirons une longueur de mixte de 20m environ, puis nous redescendons récupérer le grand couloir sud-ouest jusqu’au sommet. Le vent est bien présent au sommet du couloir, et nous devons patienter un moment au sommet que la neige se réchauffe.

50° soutenu ce départ de la Fouly ! Avec la mauvaise nuit au refuge , on est tous un peu dans le cirage, les premiers virages sont un peu crispés, mais peu à peu nous prenons confiance.
Pour ma part je m’encore presque sur un rocher au milieu du couloir en attendant quelques secondes mes compagnons, je penses que les 2 mois passés au bord de la mer entre Islande et Norvège n’ont pas arrangé mon acclimatation.
Finalement on rejoint le rappel que nous avons installé pour récupérer le couloir de sortie, la neige a bien transformée et elle est très molle… nous glissons jusqu’a Argentiére boire un bon sirop de pomme chez Maître Vivian, heureux et satisfait de cette petite aventure alpine.